Margot Della Corte

Traverser une période difficile dans la vie,
cela peut arriver.
Les causes en sont diverses et variées,
mais l'enjeu est souvent le même :
trouver de nouvelles formes de réponse psychique,
afin de pouvoir sortir du malêtre.

Psychologue, Paris

Psychologue à Paris

L‘écoute d’un spécialiste

Ma formation et mon expérience me permettent de vous aider à cerner ce qui cause votre souffrance et à ce que vous puissiez agir sur celle-ci.

Un échange

Venez parler librement, dire ce qui vous arrive et ce que vous avez sur le cœur. Il n’est pas ici question de jugement. Nous serons assis en face à face.

Sortir du malêtre

L’angoisse et les autres formes d’insupportable demandent à être mises en paroles. En passant par un thérapeute, on peut agir sur le symptôme.

PUBLIC ACCUEILLI

Au sein du cabinet, je reçois des adultes, en individuel ou en couple, des enfants, y compris des adolescents avec les problématiques propres à cette phase de passage à l’âge adulte.

ADULTES

Les motifs de consultation sont multiples, mais souvent, dans la plainte initiale, c’est le mot dépression qui est mis en avant, liée à des pertes objectales– personnelles ou professionnelles – des séparations, un deuil. À chaque fois et au cas par cas, il est important de voir de quoi est faite cette dépression, quels symptômes la caractérisent et dans quel type de fonctionnement psychique elle vient s’encrer. A partir de là, le travail avec le patient peut commencer.

De nombreux autres troubles, symptômes chez l’adulte peuvent être traités au cabinet, relevant de l’inhibition, de l’angoisse et il ne serait pas possible de les énumérer tous.

J’ai été amenée plus particulièrement à traiter: les troubles de l’image du corps tels l’anorexie ou l’anorexie- boulimie; les difficultés dans le choix d’une identité sexuelle; les difficultés dans la conception d’un enfant, avec la souffrance qui peut en découler.

Peuvent également être accueillis des couples, deux adultes donc, qui choisiraient de consulter ensemble, ceci afin de permettre que chacun puisse s’exprimer devant le psy, l’idée étant de mieux saisir sur quoi se fonde le lien conjugal et comment sortir d’une impasse qui pourrait n’être que passagère.

ENFANTS

La demande pour des consultations d’enfants vient, bien évidemment, souvent des parents ou de l’école.

Il peut s’agir d’énurésie, d’inhibition à l’école, pouvant aller jusqu’à l’échec scolaire et d’autres formes de malêtre dont l’enfant pourrait témoigner.

Pour que le travail psychologique avec un enfant démarre, il est aussi très important de prendre en compte ce dont l’enfant lui-même se plaint.

PSYCHOLOGUE

Je reçois les personnes qui demandent un suivi psychologique ponctuel autour d’un problème précis, ce qui peut s’effectuer sur un cycle de courte durée, douze ou seize séances en moyenne.

Dans ce type de travail, la plupart du temps nous obtenons une réduction des symptômes de départ et la personne développe des compétences pour faire face, ce qui peut parfois suffire et justifier l’arrêt d’un traitement que l’on pourrait qualifier de durée brève.

L’expérience acquise en qualité de psychologue en hôpital psychiatrique m’a permis d’acquérir des compétences assez larges dans le traitement de l’être humain, toujours dans le sens de lui permettre de retrouver une autonomie dans la vie, d’une certaine façon, de voir à l’horizon la possibilité d’une ouverture, qui serait source d’un épanouissement nécessaire.

PSYCHANALYSTE

Il est possible d’envisager un travail psychanalytique permettant des modifications psychiques profondes, visant à libérer significativement la pulsion de vie et à favoriser un épanouissement nouveau.

De nos jours, la méthode psychanalytique est moins tournée vers la recherche d’un sens caché et enfoui. Elle a évolué depuis Freud au XIXe – XXe siècle, en se mesurant aux changements d’une époque où l’objet notamment est venu se loger à la place qu’occupait l’Autorité. Dans une société où la tendance est désormais au tous addicts, l’enjeu pour le psychanalyste est tout d’abord d’aider le sujet qui consulte à apprendre et à développer un savoir (y) faire avec son symptôme.

Le psychanalyste n’est pas si silencieux que l’on pourrait l’imaginer: il intervient, peut même intervenir souvent et reformuler les dires du patient, de façon à faire résonner ce qu’il a entendu et qu’il considère comme nécessaire pour que le patient acquière des compétences lui permettant de vivre mieux.

Le suivi psychanalytique commence en face à face et peut éventuellement continuer sur le divan, dans le cadre d’un travail plus poussé, mais ceci n’est pas obligatoire.